Moi

Je m’appelle Mickaël Feuillet, je suis né à Roubaix en mai 1977. Après un baccalauréat scientifique, obtenu de justesse, ma raison me fait revenir vers mes envies créatives. Je poursuis trois années d’étude de graphisme que je complète avec une année supplémentaire dans laquelle je me spécialise dans le multimédia. S’en suivent presque dix-huit ans, comme graphiste, directeur artistique, puis directeur de création digital. Durant cette carrière, j’ai la chance de découvrir la conception, l’animation, le design d’interface et le développement. Arrivant au bout d’un cycle, porté par un désir puissant de m’affranchir et de réaliser un rêve que je conserve au fond de moi depuis trop longtemps, je quitte tout pour devenir écrivain.

Trop court pour vous ?

_Lire la biographie détaillée

Créateur
d’histoires

Créateur d’histoires, c’est avant tout mon espace. J’y publie des microfictions, des textes, des illustrations, tout ce qui me permet de m’exprimer librement, autour d’une préoccupation majeure : qui sommes-nous et où allons-nous ?

Explorez mon univers :

Mon premier roman

Découvrez l’univers, l’histoire et les thématiques abordés dans mon premier roman d’anticipation : « Une vie sans trouble ».

_En savoir plus

#FUTUREISCOMING

Des histoires courtes qui étirent notre présent jusqu’à nos futurs possibles.

_Lire les nouvelles

Le blog

Réflexions, pensées diverses, c’est ma voix que je porte jusqu’à vous.

_Découvrir les articles

L’atelier

Expérimentations, recherches… la création dans tous ses états, sans contrainte.

_Voir les illustrations

Biographie
pour les courageux

Je suis né en 1977. À cette époque, ni internet ni téléphone portable (mes parents ne possèdent même pas encore de fixe), trois chaînes de télévision, bref, autant vous avouer que la technologie au quotidien est assez loin de nous. Pourtant, l’idée du futur est bien présente ; pour preuve : le centre commercial d’à côté s’appelle Roubaix 2000 ! Oui, je suis né à Roubaix, dans le nord de la France. Ça ne vous fait pas rêver ? Moi non plus, à la base ; pas plus que si je vous raconte que j’ai grandi à Wattrelos. Vous ne savez pas où ça se trouve ? Normal. Néanmoins, je mentirais si je vous dépeignais une enfance malheureuse. Je n’ai jamais manqué de rien. Les étés sur la Côte d’Azur, les escapades régulières à la Panne, les dimanches en familles ; finalement, c’était plutôt cool. Gamin, je vais souvent au cinéma. Avec ma mère, c’est la féérie et la magie : Blanche Neige, Cendrillon, le livre de la jungle, Merlin l’enchanteur, Peter et Eliott le dragon… Je pense que j’ai vu tous les anciens Disney en salle. Avec mon père, c’est l’aventure : James Bond, la Guerre des étoiles, Indiana Jones. Ça forge un univers, vous ne croyez pas ?

Mon autre passion, c’est le dessin. Je dessine très tôt. J’adore ça. J’invente des personnages surtout ; je ne suis pas très doué pour les décors ; c’est plus complexe. Plus je grandis, plus j’aime lire ; surtout des bandes dessinées. Pif gadget, Picsou Magazine… Je m’amuse à recopier les couvertures ; je les montre, j’en suis fier. J’ai l’impression que je sais faire quelque chose. Plus tard, mon frère m’accompagne dans la création ; on crayonne ensemble, on joue ensemble. Le séjour devient un véritable terrain pour créer des histoires.

Et puis, c’est le jeu vidéo. Dans un premier temps, les Game and Watch (je vous l’ai dit, je suis né dans les années 70), mais aussi une console Seb ! Oui, oui, le fabricant de grills. Elle est à mon cousin. En fait, il s’agit d’un simple « pong ». Puis je vois des choses chez les autres : Amiga, Commodore, les ordinateurs de salon émergent. En ce qui me concerne, je commence par un Amstrad CPC 464. À l’époque, mieux vaut être patient, un jeu met au moins dix minutes à se charger (s’il ne plante pas en cours). Ensuite, je m’oriente sur les consoles : Megadrive, Super Nes, 3DO ; grâce à un ami je teste tout : PlayStation, Saturn, Game Cube, Neo Geo, PC engine… La liste est trop longue, mais, ce qui est certain, c’est que sans cette culture du jeu vidéo, du manga ; sans la lecture de bandes dessinées, de romans ; sans les films, sans les séries, je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui.

Ce bouillonnement créatif m’a d’abord poussé à vouloir devenir dessinateur de BD. Malheureusement, des mauvaises notes et un manque de courage évident me forcent au redoublement puis à une réorientation vers le général. Malgré un avis défavorable, j’obtiens mon bac de justesse, mais avec un six en mathématique, autant vous dire que je revois mes objectifs. Par chance, je tombe sur une école de communication visuelle. C’est un peu cher, mais mes parents sont d’accord pour emprunter. Là, je constate qu’on peut étudier et travailler avec beaucoup de plaisir. Durant quatre ans, j’apprends le graphisme, la typographie, le design, le développement, l’animation. J’achève mes études brillamment et m’empresse de dénicher un job, sinon, c’est un aller simple vers l’Allemagne, pour un service militaire semi-disciplinaire (Putain ! Mais qu’est-ce que je leur ai fait, moi ?). Heureusement, j’ai bien bossé, je trouve rapidement (ouf !).

S’en suivent huit années, où je découvre la joie du travail en équipe et la sensation d’être pionnier dans un domaine, mais, malheureusement, également, les licenciements, les entourloupes, bref, le monde de l’entreprise.

Je poursuis ma carrière dans une autre agence durant neuf ans. J’y renforce mes compétences créatives, mais aussi managériales. Je vis de belles expériences, d’autres très désagréables, bref, le monde de l’entreprise.

Par chance, la volonté de puissance nietzschéenne continue de m’animer ; je veux me dépasser et, surtout, ne pas me retrouver un jour sur mon lit de mort en me disant : « Je ne l’ai pas fait… » Alors, je l’ai fait. J’ai tout abandonné, dans un unique but : devenir écrivain.

_Découvrez mon premier roman : « Une vie sans troubles ».

Vous voulez en savoir encore plus ?

Lisez mon interview sur Human After Hal, le site dédié aux adeptes de la science-fiction.

1990
La planète des singes

Pierre Boulle

Lecture en classe de quatrième, le livre qui m’ouvre à la littérature SF.

1982

À cinq ans, j’ai la chance de voir E.T. l’extraterrestre au cinéma. Je découvre qu’une histoire est avant toute chose faite d’émotions et de rêves, et développe mon intérêt pour ce qui se passe au-delà de notre monde.

Génération Manga

Akira, Apple Seed, Gunnm, Dragon Ball...

Même si je n’en lis plus du tout, force est de reconnaître que le manga a tracé en moi une marque indélébile. Mondes apocalyptiques, futurs dystopiques, pouvoirs surnaturels ou encore méchas et robots en tout genre ont traversé mon adolescence en couleur, mais surtout en noir et blanc.

Appleseed, une histoire de SF type
Le jeu vidéo et moi tout une Histoire !
Insert coin

Press start !

J’ai souvent dit autour de moi que le jeu vidéo avait fait en sorte que j’en sois là aujourd’hui, c’est encore plus vrai maintenant. Le jeu vidéo a accentué mon envie de créer des histoires ; il allie tout ce qui me passionne, l’animation, le dessin, l’écriture, l’interactivité.

On en parle ? Je serai ravi d’échanger avec vous !

Contactez-moi